Les Amis de Pimienta
(Association loi 1901)

Buste de l`auteur
 
       Au sculpteur Pimienta
 
Mon Maître, mon ami, vieux sculpteur oublié,
Lentement, je reviens par le sable des grèves
Poser mon chevalet face à la Tour de Trèves
Se mirant dans l’eau morte, aux reflets de juillet.
 
Un immense matin de hautains peupliers
Frémit dans l’air calme au rythme bleu des rêves,
Gonflé d’intense vie où s’exsudent les sèves,
Tandis qu’au grand sommeil, vous voici délié.
 
Je sais que vous sculptez désormais les nuages,
Que le vent de galerne expirant aux rivages
Murmure un long poème au frisson des roseaux,
 
Que du tombeau ressurgissent tous les poètes,
Comme un bouquet dansant par l’aile des mouettes,
Dans l’âcre odeur du fleuve, au temps des basses eaux.


Gérard Brecq, Cantilène à la Loire, Cheminements, « À l’Orée des mots », 2002, p. 116.

Raison sociale de l’association :
 « - Réunir artistes, spécialistes, amateurs d’art, de tous milieux, pour remettre en lumière un sculpteur du XXe siècle, amis des plus grands – Rodin, Maillol –, qui fut aussi philosophe et poète ;
- Diffuser par tous moyens de communication son œuvre double ;
- Aider à répandre la connaissance d’un créateur et d’un penseur exceptionnel, et l’intérêt pour la sculpture, art premier et majeur des hommes. »

  • Le bureau de l’association, grâce à Sylvie Maignan, fille du critique d’art René-Jean, a pris connaissance de contes pour enfants inédits signés de Gustave Pimienta, dont l’intérêt justifie une publication. La transcription et la mise en page ayant été faites, une souscription est lancée. Tous les dons sont bienvenus (merci de préciser la destination exacte du don). Pour mémoire : 



 
  • 18 mai 2016 : Conformément au programme décidé en assemblée générale, Michel Montfort s’est rendu en pays saumurois pour recueillir le témoignage de Marthe Ménard, servante des dernières années de l’étrange couple que le maître formait avec la marquise de Narros.
     
  • 5 mai 2016 : Nous apprenons avec une grande tristesse la mort de Bruno de Senneville, le dernier des mousquetaires qui se sont tant battus pour sauver Gustave Pimienta de l’oubli. Le bureau de l’association s’associe à la douleur de ses proches. Puisse Frère Bruno, de là où il est, veiller sur l’œuvre qui se poursuit sans lui.
     
  • Octobre 2015 : Nous avons achevé la transcription des lettres de Pimienta à René-Jean. 
10 octobre 2015 : assemblée générale des Amis de Pimienta dans l'église Saint-Maclou, à Rouen. Il en ressort deux projets réalisables à moyen terme : l'interview de deux témoins vivants : Sylvie Maignan, fille de René-Jean, et Marthe Ménard, qui servit le Maître et Germaine de Narros dans les dernières années.
  • Septembre 2015 :
 
Le 19 septembre, à l'occasion des journées du patrimoine, Michel Montfort a représenté l'association des Amis de Pimienta à Chênehutte. Il a pu constater des changements importants à la Colombière qui montrent que l'Institut de France a revu sa copie, dans le respect du legs Narros. L'association s'en réjouit et espère que l'Institut l'associera plus étroitement à la conservation et à la promotion de l'oeuvre de Pimienta. Le maire de Chênehutte ne semble pas hostile à l'idée de placer dans l'église de Trèves une reproduction en bronze de la Sainte-Thérèse de la Colombière. 
  • Mai 2015 :
 
  • Mars 2015 : Michel Montfort et Éric Catherine ont rencontré Fabienne Queyroux, conservateur en chef à la bibliothèque Jacques Doucet de l’INHA. Mme Queyroux a extrait de l’abondante correspondance reçue par le bibliothécaire, critique d’art et conservateur français René-Jean (1879-1951) 200 lettres signées de Pimienta et écrites dans les années 1930. Dans ce lot figurent également des cartes postales d’Italie cosignées par Maillol et Pim. Ce trésor a été photographié et fera l’objet d’une publication par l’association, conformément au désir des ayants droit. Par l’entremise de Mme Queyroux, Michel Montfort a pris contact avec la fille de René-Jean, qui se souvient des fréquentes visites de Pim à ses parents.   
 
  • Printemps  2014 : Nous avons achevé la transcription des lettres de Gustave Pimienta à Bruno de Senneville (1949-1975). Il n'y manque plus qu'une préface pour la rendre publiable. Avis aux éditeurs catholiques. 
 
  • Mars 2014 : Décès du Vice-Président des Amis, Régis Effray. Nous voudrions ici honorer sa mémoire :
In memoriam Régis Effray
 
Si je n’ai jamais eu la présomption de me croire immortel, j’ai celle de croire que mes amis le sont. L’amitié est ce qui me soutient et me conforte dans l’existence. Aussi, quand un ami franchit le seuil ultime, c’est un peu de ma vie, de mon espérance dans la vie qu’il emporte et le souvenir qu’il me laisse, si vivace soit-il, est un bien pauvre lot de consolation dont je dois me faire un trésor d’immortalité.

C’est chose rare que l’amitié, quoique les formes qu’elle prenne soient multiples. L’amitié de Régis, que je n’ai pas eu ni pris le temps de cultiver, car je me donnais présomptueusement tout le temps de le faire, se résume à sa voix, cette voix qui, chaque fois que je l’entendais, me faisait regretter de n’avoir pas été son élève. Régis avait une voix veloutée et traînante, de ces voix qui traînent pour entraîner et se veloutent pour envoûter. Une voix, c’est peu mais c’est tout. Tous les hommes qui veulent laisser une trace d’eux-mêmes dans cette vallée de larmes ne peuvent pas se flatter de laisser celle de leur voix. Ce legs-là est pourtant le plus pur et le plus touchant, et aucun notaire ne viendra vous le disputer. Qu’il m’ait été permis, à moi qui ne connus Régis que tardivement, fugitivement, d’en être l’un des dépositaires est un privilège dont j’essaierai de me rendre digne en accueillant sa voix dans le chœur de celles qui me guident dans les ténèbres où nous plongeons. 

 
BRL
  • Le 03/01/2013 :

  • Le 11/03/2012 : Une page "Archive" a été ajoutée, vous pouvez y retrouver toutes les actualités de l'année 2011.

 
  • Le 10/03/2012 : Madame Sylvette Brecq nous a très aimablement communiqué deux poèmes de jeunesse, écrits en 1952 par son mari le poète Gérard Brecq.
 
 
Certains matins d'arrière automne
 
À Madame la Marquise de Narros

Certains matins d'arrière automne
Mon oeuvre de beauté roule un flot écumeux
Certains matins d'arrière automne
Tout s'estompe en rêvant dans l'horizon brumeux

Pâles matins d'automne où la douceur de vivre
Dans les premiers brouillards se meurt infiniment
Tout est si calme et le sentier que je vais suivre
S'est tapissé d'or clair glissé du firmament


Certains matins d'arrière automne
Mon coeur est libre enfin sans savoir ce qu'il veut

Certains matins d'arrière automne
Je gravis le côteau d'u pas souple et nerveux

J'embasse un horizon que la douceur conjugue
Et dans la majesté de mon fleuve royal
Je sens fuir ma jeunesse en adorable fugue
Jusqu'à l'océan bleu d'un immense idéal


Certains matins d'arrière automne
J'ai bu cette clartéé pour assouvir mon sang

Certains matins d'arrière automne
La terre exhale avec mon coeur l'hymne puissant.

 


Eau vive

À Maître Pimienta,

Mon labeur a connu des extases profondes
Mon rêve est de cristal et prolonge en mon coeur
L'infini mystérieux de la chanson du monde

Je ne sais sous quels doigts, sous quel archet je vibre
Je ne peux contenir la sève et la vigueur
Et ne suis plus à moi quand je veux être libre

Ma jeunesse idéale aspire à ses clartés
À des lacs jamais bus, au clair torrent d'eau vive

Ma vie est la toison des blés sous les étés
Frisson d'un or mouvant lorsque la faulx arrive.
















 
 

  • 15/01/2012 : Les Cahiers Pimienta n°2 sont en ligne dans la rubrique Revue de l'association.

  • La Lettre des Amis de Pimienta, numéro 2 :

 
  • La Lettre des Amis de Pimienta, numéro 1 :
 
 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement